11 juillet 2014

Le roman retrouvé de Pearl Buck : la presse en parle

« Le manuscrit retrouvé à Fort Worth.

Il y a peu encore, nul ne soupçonnait l’existence de L’Enigme éternelle. Le dernier roman de Pearl Buck dormait dans un garde-meubles texan. »

Catherine Simon, Le Monde des Livres

« D’abord, on n’y croit pas. Le dernier livre de Pearl Buck? Et pourquoi pas un western posthume de John Wayne ? Plus de quarante ans après la mort de la romancière américaine (1892-1973), auteure du célébrissime Vent d’est, vent d’ouest, voici que tombe du ciel L’Enigme éternelle : un manuscrit inédit,« miraculeusement découvert » dans un garde-meubles du Texas par Edgar Walsh, l’un des sept enfants adoptifs de Pearl Buck. Personne, parmi ses héritiers officiels, n’en soupçonnait l’existence.
(…)
On y sent le goût du plaisir, une manière d’égoïsme qui aidera le héros, le beau Rann, à vouloir, en dépit des épreuves, continuer de croquer la vie à pleines dents. Pearl Buck, qui eut bien des amours, se lia, à l’automne de sa vie, avec un certain Theodore « Ted » Harris, danseur professionnel, de quarante ans son cadet. Les enfants de la romancière le considéraient, relève Sheila Melvin, comme « un aventurier interlope ». C’est lui et ses amis qui étaient aux côtés de Pearl Buck au moment de sa mort. Plus personne n’est là pour témoigner. L’Enigme éternelle devrait donc rester, dans l’histoire, comme le dernier texte de la prolifique -écrivaine. A moins qu’on ne découvre, dans vingt ans, un autre manuscrit caché… »

* * *

« Les Pearl sont éternelles »

Hubert Prolongeau, Elle

« Ceux qui ont aimé Buck y retrouveront l’un de ses thèmes favoris – le lien compliqué entre l’Orient et l’Occident – et son sens du romanesque. Pour raconter l’éducation sentimentale d’une jeune Américain en voyage séduit à la fois par une aristocrate sensuelle et par une riche héritière, elle nous offre, plus que celui d’une héros un peu fade, le délicat portrait d’une femme partagée entre sa Chine natale et l’Amérique qui l’a acceuillie. Difficile de ne pas voir aussi dans ce dernier et émouvant écrit une sorte d’autoportrait »

* * *

« Le roman retrouvé de Pearl Buck »

Renaud Baronian, Le Parisien

« Autant le dire, la découverte de cet inédit s’accompagne d’une énorme surprise :

Capture d’écran 2014-07-11 à 16.27.03il s’agit de l’un des meilleurs romans de Pearl Buck. Les thèmes chers à l’auteur – exotisme, amours contrariés, douleur due au partage entre les continents – y sont tous présents, avec une sorte de mélancolie en prime. »

En savoir plus sur l'auteur : Pearl Buck.

Twitter Facebook Partager cette info

Les éditions de l'Archipel
34, rue des Bourdonnais, 75001 PARIS

Suivez-nous Facebook Youtube Twitter

Editions l'Archipel Presses du Châtelet Editions Ecriture

menu
haut de page